Δευτέρα, 22 Νοεμβρίου 2010

La presse irlandaise appelle à la démission du gouvernement


Une "reddition" à l'Union européenne et au Fonds monétaire international. Voilà comment la presse irlandaise analyse, lundi 22 novembre, le plan de dizaines de milliards d'euros destiné à sauver l'économie de l'île. Les journaux prédisent en outre la chute imminente du gouvernement, qu'ils tiennent pour "responsable de la faillite".

"Après deux semaines de mensonges flagrants, [le gouvernement] va mendier à Bruxelles, après la faillite du pays provoquée par ses politiques", écrit le tabloïd The Irish Sun. "Des bureaucrates non élus vont dorénavant gérer nos affaires. Cependant, il nous reste un pouvoir : celui de sanctionner ceux qui sont responsables d'avoir détruit notre nation. Le FMI et l'UE sauveront notre économie. Seuls, nous pouvons sauver notre nation", estime le quotidien. Titrant sur "une reddition éhontée", The Irish Daily Mail dénonce une "capitulation sans précédent", estimant que le gouvernement, de centre droit, avait "mis fin à 90 ans d'indépendance" et que "le drapeau blanc avait été hissé".

A l'instar de l'ensemble de la presse, The Irish Times appelle à la démission du gouvernement, très impopulaire, et à de rapides élections pour mettre fin à "cette ignominie". " La tournure des événements durant les dix derniers jours a détruit ce qui pouvait rester de crédibilité au gouvernement. L'échec du Taoiseach [premier ministre] et des ministres à dire au public ce qui était en train de se passer ne résulte pas d'une tentative délibérée de tromper ; c'est seulement qu'ils ne semblaient pas se rendre compte de ce qui était en train de se passer autour d'eux", écrit le quotidien.

"D'une façon ou d'une autre, les jours de la coalition sont comptés. Elle ne peut tout simplement pas continuer à gouverner plus longtemps, après avoir perdu le dernier vestige de son autorité et plus tôt elle sortira de son agonie, mieux ce sera pour tout le monde. Dire précisément quand interviendra l'élection est difficile, mais elle doit avoir lieu l'année prochaine, dès que possible", avant le printemps, écrit The Irish Times.

"LE PEUPLE SE SENT TRAHI ET TROMPÉ"

L'Irish Independent quant à lui se félicite ironiquement que, "enfin, quelqu'un contrôle ce pays". "Malheureusement, ce quelqu'un est représenté par des équipes de l'UE, du FMI et de la BCE. Leur présence montre l'échec de la gestion de nos propres affaires. En clair, nous sommes en faillite", écrit le journal.

L'idée d'organiser rapidement des élections faisait visiblement son chemin lundi en Irlande. En fin de matinée, le parti irlandais des Verts, membre de la coalition gouvernementale, a appelé à des élections générales en janvier prochain. "La semaine passée a été traumatisante pour l'électorat irlandais. Le peuple se sent trompé et trahi", a estimé le chef des Verts, John Gormley dans un communiqué. "Nous avons atteint un point où le peuple irlandais a besoin de certitude politique (...). Donc nous pensons qu'il est temps de programmer des élections générales pour la deuxième quinzaine de janvier 2011."

Le Monde.fr avec AFP

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου